Anthony Lovison

Bienvenue sur le Blog

Quelques conseils quand tu joues en groupe

Dans un garage ou sur scène, la pratique musicale en groupe est une merveilleuse occasion de travailler son oreille, son rythme et de sortir de sa routine d’apprentissage individuel. Jouer en groupe c’est :

  • Une remise en question sur les qualités et les choses à améliorer dans son jeu,
  • élargir sa culture musicale et jouer de nouveaux styles autre que les siens,
  • apprendre à travailler avec d’autres musiciens, dont le niveau, la personnalité musicale ou les objectifs ne sont pas forcément similaires aux vôtres,
  • se surpasser pour surmonter des objectifs,
  • apprendre à être tolérant vis-à-vis de ceux qui débutent,
  • travailler dans la bonne humeur,
  • let’s rock baby !

Je vais vous laisser quelques conseils ci-dessous qui sont basés sur des expériences vécues. Bien entendu, la liste peut-être rallongée avec de milliers de conseils en plus :

  • Bien vérifier son matériel pour être à l’heure et répéter dans les meilleures conditions

check

Ayez toujours un jeu de cordes de rechange. Il n’y a rien de plus contraignant que de perdre du temps lors d’une répétition quand vous êtes lancés dans la productivité ! N’oubliez pas vos câbles ! Emportez votre accordeur, quelques accessoires si vous n’êtes pas sûr d’en avoir sur place (médiators, multiprises, jacks supplémentaires etc.) Prenez un ampli à transistors plutôt qu’à lampes. D’une part pour le volume (que l’on verra plus bas) et d’autre part pour le transport. Les voyages risquent d’abîmer votre beau matériel de scène.

  • Jouez à un volume raisonnable pour vos oreillesmcfly

Le défaut le plus commun chez les groupes est de jouer tout simplement trop fort, ce qui est à la longue, dangereux pour vos oreilles. Réglez toujours votre volume en fonction de celui des autres instruments. Demandez au batteur en priorité de ne pas jouer trop fort. Si vous êtes équipés bouchons d’oreilles, jouez de façon normale. Équilibrez le son et si l’on vous demande de vous baisser, faites-le. Si un autre musicien joue trop fort, demandez-lui plutôt de baisser son volume au lieu de vous monter pour le couvrir.

  • Sachez séparer la rigolade et le travail

rigolerDans un groupe, on a la fâcheuse tendance de commencer à travailler, puis plus les minutes passent, plus l’attention se réduit et laisse place à la distraction. Dépendant de vos objectifs, la pratique musicale en groupe reste un passe temps, un exutoire pour éviter les reproches de vos parents, le côté râleur de votre femme ou encore les caprices de vos enfants.

Si votre objectif est d’aller le plus loin possible avec votre formation, il faut garder le côté productif et sérieux, mélangé d’une dose de distraction éphémère. Les plus grands groupes ne font pas que boire et papoter dans leur local, ils ont quand même travaillé avant d’arriver au sommet. N’oubliez pas que les liquides ne font pas bons ménages à proximité du matériel. Dernière chose, évitez de prêter votre matériel à n’importe qui dans la salle de répétition, en particulier en toute fin de soirée si la personne ne vous semble pas totalement lucide 😉

  • Ne soyez pas le nombril sonore

centre du monde

Jouer en groupe est comparable à une conversation collective :

  • Si une seule personne garde le monopole de parole,
  • Si les participants se coupent la parole,
  • Si personne ne prêtent attention à ce que disent les autres,

-> Aucun échange ne peut-être réalisé.

Le principe de répéter ou d’improviser en groupe suppose en premier lieu de rester à l’écoute de chaque membre du groupe. Écoutez les autres musiciens, regardez-les. Le but étant de laisser suffisamment d’espace auditif pour que le groupe puisse s’exprimer au mieux, mais également pour que chacun puisse s’exprimer à tour de rôle. Si un musicien se lance dans un solo, essayez de trouver le moyen le plus bénéfique pour discrètement soutenir son improvisation, de le mettre en valeur sans le perturber.

Si aucun instrument n’est dominant à un instant donné, ne cherchez pas nécessairement à attirer l’attention sur vous, mais cherchez plutôt à soutenir l’osmose du groupe. Faites-le lorsque vous avez véritablement quelque chose à exprimer, et lorsque que le moment est opportun pour le faire.

  • Respectez le niveau et les objectifs de chacunbébé

Nous arrivons au dilemme de la plupart des groupes. Tous les musiciens ne font pas de la musique au même niveau ou pour les mêmes objectifs. Si vous êtes un passionné de guitare et travaillez énormément, les gens avec lesquels vous jouerez ne pratiqueront pas nécessairement la musique avec la même envie ou la même rigueur. Si vous rencontrez des musiciens de niveau inférieur au vôtre, ne tentez pas de les impressionner en produisant une démonstration de vos capacités techniques.

Évitez toutefois de prendre le contrôle d’un groupe sous prétexte que votre niveau est, de votre point de vue, meilleur que celui des autres. Restez lucide : bien que votre niveau peut être bon, il existe des guitaristes bien meilleurs. Si vous croisez un guitariste beaucoup plus doué que vous, acceptez sereinement cette différence, n’hésitez pas à lui dire que vous jouez moins bien que lui et à lui demander de s’adapter à votre niveau. Il faut savoir laisser sa fierté de côté pour garder une bonne expérience.

Et toi ton expérience de groupe, ça donne quoi ?

Crédit photo de l’article : m4gemusicband

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :